Un mal. Des mots.

S.O.S Amitié France, une écoute bienveillante, anonyme et gratuite, reconnue d’utilité publique depuis 1967

-

« Les psys voient des maladies même là où il n’y en a pas »… Vrai ou faux ?

Tristesse ou dépression ? © Getty / Alice Mollon

sur France Inter le 14 janvier 2019

https://www.franceinter.fr/idees/les-psys-voient-des-maladies-meme-la-ou-il-n-y-en-a-pas-vrai-ou-faux-l-analyse-de-christophe-andre

Christophe André : « Il y a du vrai et du faux…

Ce qui est vrai, c’est qu’il ne faut pas tout médicaliser. Ce n’est pas anormal d’être triste, ça ne veut pas dire qu’on fait une dépression. Ce n’est pas anormal d’avoir des oscillations d’humeur, d’être un jour de bonne humeur et un jour de mauvaise humeur : on n’est pas forcément bipolaire. Un enfant un peu dynamique, extraverti n’est pas forcément un enfant hyperactif.

Ok, on est bien d’accord avec ça.

Par contre, ce qui est vrai aussi, c’est que si nous voyons des problèmes peut être un peu plus largement que n’auraient tendance à le voir les gens qui ne sont pas psy, c’est parce qu’on a l’œil, parce qu’on est attentifs à la souffrance. 

C’est parce qu’on vit aussi une époque où ces problèmes sont pris en compte. Il y a un siècle de cela, les gens malheureux s’abrutissaient dans l’alcool, les femmes battues se taisaient et supportaient les coups… Il y avait beaucoup moins de problèmes puisqu’on considérait que ce n’en étaient pas !

Aujourd’hui, on considère que l’épanouissement d’une personne, la diminution de ses souffrances, c’est un objectif légitime et donc effectivement ça donne l’impression qu’on voit des problèmes là où autrefois on n’en voyait pas. C’est ce qu’on appelle un progrès.

Lire plus…

-

Lire l'article

La crise sanitaire liée au Coronavirus a ses paradoxes. Alors que le nombre de personnes ayant besoin d’être écoutées est en hausse, les bénévoles sont actuellement moins nombreux à SOS Amitié à Lyon, essentiellement pour des raisons de confinement Lire la suite